Traductions"Anzur"

Traductions FR / Sissi Imaziten

Traductions GB / Allan Tigay

 
Sliɣ i uslilew
L'appel des youyous

A l’annonce de ses noces, j’ai franchi les montagnes

A qui appartient la demeure dans laquelle la fête bat son plein ?

C’est la demeure de mon frère ;  c’est son mariage qu’on célèbre en premier

 

Ô ! abeilles ; ô nobles habitantes de la ruche

Soyez mes messagères et allez dire à ma mère de venir

Aujourd’hui on célèbre le mariage de son fils aîné !

 

Approchez ô ! vous ses oncles maternels,

Approchez ô ! vous ses oncles paternels,

Approchez il est temps de mettre le henné au marié qui est fort et courageux comme un lion.

 

Je chante et  chanterai encore sans jamais me lasser

Je danse et danserai encore sans jamais me fatiguer

C’est le mariage de mon frère

Il est l’aîné, le premier de la lignée ; il est le fils unique !

 

Allalla wllalla, toi l’oiseau rare qui habite les cimes,

On a cherché longtemps avant de te trouver 

Ceux qui te connaissent nous ont dit : 

Elle est dotée de toutes les qualités ; elle est belle et bien élevée.

 

Assoupie, à l’heure de la sieste, j’entendis des youyous

A qui est cette belle demeure construite en  matériaux nobles ?

C’est la demeure de mon frère le libre faucon !

Sliɣ i uslilew
The Call of the youyous

At the announcement of his wedding, I crossed the mountains
Who owns the house where the party is in full swing?


It is my brother’s home; it is his wedding that is celebrated first

O bees, noble inhabitants of the hive/Be my messengers, go tell my mother to come
Today we celebrate the marriage of her eldest child!

Come, o you maternal uncles/Come, o you paternal uncles
Come, it is time to put henna to the groom, strong and courageous like a lion

I sing and will sing again, without ever getting tired/I dance and will dance again, without ever feeling weary
It is my brother’s wedding/He is the eldest, the first in line; he is the only son!

Allalla wllalla, you, rare bird that lives in the peaks/We searched a long time before finding you
Those who know you have told us: She is blessed with qualities; she is beautiful and well mannered

Asleep, during the siesta, I heard youyous/For whom is this beautiful house built of such fine materials?
This is the home of my brother, the free falcon!

Isli
Louanges au marié

Gloire au prophète , il nous porte bonheur

Que dieu nous apporte la paix et qu’il bénisse ce moment

Louange à toi le marié semblable à l’étoile du berger.

 

Gloire au prophète, c’est par lui que l’on commence ces louanges,

Rendons grâce à notre noble guide 

Louange à toi le marié semblable à l’aigle royal.

 

Qui est cet homme  sur le pas de la porte ?

 il a une bague en or à son doigt

Il est instruit, il  a étudié les textes sacrés 

Ouvrez-nous la porte ; ne nous faîtes pas attendre plus longtemps.

 

Louange à toi le marié ; tu es comme cette graine fertile avec laquelle on sèmera tout un champ

Celui qui te hait ne sait pas quel ami précieux il perd

Celui qui t’aime pourra compter sur toi dans l’épreuve.

 

Louange à toi le marié semblable à cette fleur blanche

Que les abeilles ont butinée sur les monts

Que dieu te protège et te prête longue vie ô ! toi qui vient de naître au monde.

 

Ô Dieu je suis à l’abri du soleil ; je suis à l’ombre

Tiens voilà la lune, elle nous inonde  de sa clarté

C’est un grand jour, je suis heureuse pour toi, vient me chercher

 

Ô Dieu je suis à l’abri du soleil ;  il fait sombre

Tiens voilà la lune avec les étoiles pour compagnes

C’est un grand jour, je suis heureuse pour toi,  viens à la maison.

Isli
Praises to the Groom

Glory to the prophet, he brings us good fortune/May God bring us peace and bless this moment
Praise to the groom, like the shepherd’s star.

Glory to the prophet, it is through him that we begin these praises/Give thanks to our noble guide
Praise to the groom who is like a royal eagle

Who is this man on the doorstep?/He has a gold ring on his finger
He is educated, he has studied the sacred texts/Open the door for us; don’t keep us waiting any longer

Praise to you the groom; you are like a fertile seed with which we will plant an entire field
Whosoever hates you doesn’t know the precious friend he loses/Whosoever loves you can count on you in any ordeal

Praise to the groom, you are like a white flower/That the bees have found on the mountain
May God protect you and lend you a long life, you who have just been born into the world.

O God, I am sheltered from the sun; I am in the shade
There is the moon, it floods us with its clarity/It’s a great day, I’m happy for you, come get me

O God, I am sheltered from the sun; it’s dark/There is the moon with the stars as companions
It’s a great day, I’m happy for you, come home

 
Zahr iw
Mon (triste) sort

Je suis comme ce malheureux porteur,

Une simple tunique et un  pantalon sur la peau,

Je ne peux échapper aux malheurs qui m’accablent.

 

Une barque, pour avancer, a besoin d’être bien équipée

La mienne chavire ; elle est fendue en son milieu.

Ma chance marche de travers, elle penche.

J’ai tenté de l’approcher ; on  me l’a arrachée de force.

J’ai sifflé, sifflé ; en vain.  Elle  s’est enfui !

 

Lorsqu’ils ont fêté l’arrivée du printemps,

Hommes, femmes

Tous ceux que la vie a gâtés

Ils sont comblés : heureux en amour, ils ont des terres fertiles qui leur donnent de bonnes récoltes chaque année

Tandis que moi, ma chance s’est endormi !

Console-toi  mon cœur, ait la force d’accepter ce que tu ne peux changer.

 

Je viens de recevoir une lettre

 Dieu me l’a envoyée.

Son messager me l’a apportée,

 il me la lancée,

 elle est retombée sur mes genoux.

Console-toi mon cœur, ce qui est écrit est écrit.

Zahr iw
My sad fate


I am like an unhappy porter/A simple tunic and pants on my skin
I cannot escape the misfortunes that overwhelm me

To move forward, a boat needs to be well equipped/Mine capsizes, split in the middle
My luck goes wrong, it leans away/I tried to catch it, but it was forced to flee
I summoned it but in vain/It ran away!

When they celebrated the arrival of spring/Men, women, all those life has indulged
They are fulfilled: Happy in love, given fertile ground that yields a bountiful harvest every year
For me, fortune sleeps!/Take comfort my heart, have the strength to accept what you cannot change

I just received a letter/God sent it
His messenger brought it, threw it at me/It landed in my lap
Take comfort, my heart, what is written is written

 
Vav w ahriq
Paysan, maître des lieux

Il pleut sur l’olivier sauvage

Ô ! toi maître des lieux

Beau et gracieux comme un jeune perdreau

 

Il pleut  sur les ronces

Ô ! toi maître des lieux

Pour te réconforter, une tasse de café.

 

Il pleut sur les montagnes

Ô ! toi maître des lieux

La récolte est bonne 

 Séparons le grain de l’ivraie.

 

Il pleut sur l’olivier

Ô ! toi maître des lieux

Gloire à ta mère la perdrix qui t’a enfanté

 

A tous ceux qui cueillent les olives,

Que dieu vous vienne en aide

Le déjeuner se prépare ; du  couscous aux légumes

 

Ô! toi maître des lieux

Ô ! toi noble seigneur 

tu portes tes plus beaux habits ornés de riches broderies  de perles et de fils d’or

et autour du cou, un collier de perles d’épices  aux motifs croisés.

 

Ô !  toi maître des lieux

Tu es comme cet agneau rare tant prisé pour sa laine 

Bien triste est l’assemblée du village en ton absence.

 

Ô ! toi maître des lieux,

Que dieu te donne la force du lion !

Ô ! toi fils de la lionne !

Vav w ahriq
Master of the Place

It’s raining on the wild olive tree/O master of the place
Handsome and graceful like a young partridge

It’s raining on the brambles/O master of the place
To comfort you, a cup of coffee.

It’s raining on the mountains/O master of the place
The harvest is good/Let’s separate the grain from the chaff.

It’s raining on the olive tree/O master of the place
Glory to your mother the partridge who gave birth to you

To all those who pick olives/God help you
Lunch is being prepared; couscous with vegetables

O master of the place/O noble lord
You wear your best clothes, adorned with rich embroidery of pearls and gold threads
And around your neck, a necklace of spice beads with crossed patterns.

O master of the place/You are like this rare lamb so prized for its wool
Very sad is the assembly of the village in your absence.

O master of the place/May God give you the strength of the lion!
O son of the lioness!

 
Ixf iw
Au temps qui passe

Allah, allah,  comment faire pour me débarrasser du malin ? allah, allah

Allah, allah, où que j’aille il me dit je viens avec toi! Allah, allah. 

Allah, allah je suis troublée, il perturbe mes prières,

Allah, allah, j’en oublie la voie de Dieu.

 

Allah, allah, ô ! toi mon être semblable au bœuf destiné au sacrifice, allah, allah

Allah, allah, sois mon confident ; laisse-moi te raconter mes peines et pleures allah, allah

Allah, allah, je suis triste quand je pense à ce qui nous attend dans la tombe,

Allah, allah, tombe que l’on creuse à coups de pioche.

 

Allah, allah, ô ! toi mon être chéri, allah, allah

Allah, allah, Tu finiras en poussière

Allah, allah, ô ! toi mon être chéri, allah, allah

Allah, allah, tu finiras en poussière.

 
Anzur
Pèlerinage

Ô combien j’aimerais fouler la terre de  Erbéa

Pays de mon père et de ma mère ; Pays des âmes généreuses

Ô combien j’aimerais fouler la terre de  Erbéa

Pays de mon père et de ma mère ; Pays des âmes généreuses

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; tu exauceras ma prière

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; tu exauceras ma prière

 

Ô Sidi Bqas w adrar saint protecteur des Imaziten

A tous les saints protecteurs, Erbéa est votre sanctuaire

Ô Sidi Bqas W Adrar saint protecteur des Imaziten

A tous les saints protecteurs, Erbéa est votre sanctuaire

Que celui qui désire que son entreprise soit couronnée de succès

Se rende le lundi au lever du soleil

Sur la montagne des Imaziten là où Sidi Bqas W Adrar exauce toutes les prières

Que celui qui désire que son entreprise soit couronnée de succès

Se rende le lundi au lever du soleil

Sur la montagne des Imaziten là où Sidi Bqas W Adrar exauce toutes les prières

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon. Ö combien éprouvante a été l’attente

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon. Ö combien éprouvante a été l’attente

 

Ô Sidi Bqas W Adrar nous avons besoin de savoir d’où l’on vient

Les racines  profondes habitent la terre ; Le pays est une promesse

Ô SIdi Bqas W Adrar nous avons besoin de savoir d’où l’on vient

Les racines profondes habitent la terre ; le pays est une promesse

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; tu exauceras ma prière

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; tu exauceras ma prière

 

Ô toi Sidi Bqas w adrar  doux comme le beurre frais

Que celui qui désire aller à ta rencontre suive  le chemin de pierres qui monte

Ô toi Sidi Bqas w adrar  doux comme le beurre frais

Que celui qui désire aller à ta rencontre suive le chemin de pierres qui monte

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon sois bon avec moi

 

Ô toi Sidi Bqas w adrar  sucré comme la datte

Que celui qui désire aller à ta rencontre  suive le chemin  de pierres tout tracé

Ô toi Sidi Bqas w Adrar sucré comme la datte

Que celui qui désire aller à ta rencontre suive le chemin de pierres tout tracé 

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; Ö combien éprouvante a été l’attente

Je m’en remets à toi seigneur

Tu es bon ; Ö combien éprouvante a été l’attente

 
Lemluk
Les anges veillent !

Que l’on apporte la natte d’alfa et le bougeoir

Que l’on apporte la natte d’alfa et le bougeoir

 Les anges veillent sur le marié l’astre du matin

 

Que l’on apporte la natte d’alfa et le coussin

Que l’on apporte la natte d’alfa et le coussin

Les anges veillent sur le marié l’amulette en argent

 

Que l’on apporte la natte d’alfa et la ceinture de laine tressée

Que l’on apporte la natte d’alfa et la ceinture de laine tressée 

 Les anges veillent sur le marié à la belle allure

 

Que l’on apporte la natte d’alfa  et le henné

Que l’on apporte  la natte d’alfa et le henné

 Les anges louent  le prophète

 

Ô toi le marié

 Fruit mûr du grenadier

On a creusé les canaux pour y laisser couler l’eau

Ö beauté ancestrale. Ö honneur kabyle ! Rendons grâce aux parents !

 

Ô toi le marié

 Jeune pousse de grenadier

On a creusé les canaux d’irrigation, on y a disposé les petits barrages 

Ö beauté ancestrale. Ö honneur kabyle. Rendons grâce aux ancêtres !

 
Lferh 
Jour de joie

Ô majestueuse demeure ! Tu en imposes avec tes deux entrées.

Tu es la demeure du  caïd Amar que tous les cavaliers respectent

Ô toi le marié semblable au lion harnache ta monture et  prend fièrement la tête du cortège !

 

Ô vous qui festoyez, prenez garde

 Je vais  me transformer en vent violent,

Nous craignons de piétiner l’un d’entre vous

 Qu’il nous maudisse à jamais

 Ô toi le marié. Quelle belle allure !

 

 Ô nuit troublée pourquoi ce  vent et ce brouillard ?

On te demande de chanter

 Tu franchis le seuil et tu t’en vas

La mère du marié chante car  la  mariée est si belle ! Elle a la beauté de la perdrix !

 

Allalla, dwallalla, …  toi  tissu ‘tabani’ ; étoffe précieuse,

Personne n’est aussi rusé que le renard

Qui va au clair de lune

La fête est plus belle quand le jeune homme fait parler son fusil ;  poudre et fantasia …

 

Allalla, dwallalla, …toi   tissu à pois

Personne n’est aussi rusé que le renard

Qui va la nuit

La fête est plus belle au son des coups de fusil ;  poudre et fantasia…

 

Jeunes gens, pour devenir des hommes

Suivez l’exemple du marié, le sage faucon, 

Le mariage est le  rite de passage ! Une loi immuable qui nous vient de la nuit des temps.

 
Lheni 
Le henné

Donne ta main pour le henné

 Une bague en plastique au doigt

Ta tenue de cérémonie est ornée de galons aux motifs entrecroisés

Ô toi le marié au regard de sage faucon

 

Donne ta main pour le henné

Une bague en argent au doigt

Ta tenue de cérémonie est ornée de galons aux motifs  entrelacés 

Ô toi le marié au regard de faucon de chasse

 

Donne ta main

 On va y déposer le henné

Ta tenue de cérémonie est ornée de galons aux motifs  croisés sur les bords

Ô toi le marié au regard de noble faucon

 

Il est temps de préparer le henné 

Il est temps de préparer le henné 

Donne la cruche en terre et allons chercher de l’eau à la fontaine

Mettons le henné au  marié semblable au musc nouveau vendu dans les échoppes

 

Il est temps de préparer le henné

Il est temps de préparer le henné 

Donne la cruche en terre et allons chercher de l’eau fraîche

Mettons le henné au marié semblable au musc nouveau entreposé

 

Petit sachet de henné 

Que le vent a dispersé

Petit sachet de henné 

Que le vent a dispersé

 Heureuse en ménage que t’importe les tiens

 

Ô toi l’auné

Tu t’épanouis dans l’eau

Ô toi l’aunée

Tui t’épanouis dans l’eau

Heureuse en ménage que t’importe la famille

 
Muhend w lhusin
Louanges à Muhend w lhusin*

Ô ccix Muhend W Lhusin semblable à  la  fleur d’abricotier

Egrène les perles de son chapelet légères comme des plumes

La prière, moment de rencontre avec le prophète, a lieu dans son lit

 

Ô ccix Muhend w lhusin semblable à la fleur de laurier rose

Egrène les perles de son chapelet à l’ombre d’un arbre

La prière, moment de rencontre avec le prophète, a lieu dans la chambre du haut

 

Ô ccix Muhend W Lhusin semblable à la fleur de pommier

 Egrène les perles de  son chapelet légères comme des ailes 

La prière, moment de  rencontre avec le prophète, a lieu dans la cour

 

Ô ccix Muhend W Lhisin semblable à la  fleur de poirier

Egrène les perles de son chapelet sans jamais se lasser

Celui qui se dispense de cette pieuse action le regrettera  dans l’au-delà

 

Ô ccix Muhend W Lhusin semblable à ce précieux bracelet de pied

S’en  est allé à la fontaine faire ses ablutions

Il y a trouvé de l’or pur

« Ô fontaine, donne-nous de l’eau les biens de ce monde sont éphémères »

 

Ô ccix Muhend W Lhusin semblable à une colombe sur son tapis de prière

S’adressa à ses fidèles : ‘ n’oubliez pas vos prières’

Celui qui s’en dispensera, son âme sera tourmentée dans l’au-delà

 

Seigneur faîtes que mon cœur déborde de bonté. Qu’il ressemble à cette fontaine construite par le ‘rumi’** :

Au fond coule de  l’eau en abondance, autour pousse de l’herbe grasse que paissent les troupeaux

Seuls ceux durement éprouvés par la vie auront leur place au paradis

 

Ô vous ses adeptes,  

La nuit n’est pas achevée,

Réveillez-vous !

Rendons-nous  au chevet du ccix ; On dit qu’il est souffrant.

 

Ô vous ses adeptes,

La nuit n’est pas achevée

Réveillez-vous !

Rendons-nous au chevet du ccix ; On dit qu’il est souffrant.

 

 

 

**Pendant la période coloniale : le Français

*Ccix Muhend (1830 ? -1901) Homme religieux et poète est né  à Aït Ahmed dans la région de l’actuel Aïn El Hammam. Venu du peuple, il vécut parmi le peuple. Respecté et vénéré, les pèlerins venaient des  quatre coins de kabylie pour le consulter. Visionnaire et iconoclaste, il se libéra des codes et du dogme des confréries religieuses en mettant à l’honneur la culture populaire et orale ancrée dans le réel. Intercesseur entre le profane et le sacré sa poésie  surgit de l’instant met en avant le souffle de la vie. Dans ce chant qui s’inspire d’un chant de femmes traditionnel, il y est dépeint comme un homme vertueux, un modèle à suivre. 

Je vous renvoie au très beau livre de Mouloud Mammeri « Inna-yas Ccix Muhend » (Cheikh Mohand a dit)